BACH OFFICE

Assemblée Générale de l’Académie Bach Aix
4 octobre 2017
Le Président Robert Wildau

Rapport Moral

A mes yeux, un rapport moral de l’Académie Bach se doit de toujours commencer par notre source d’inspiration, Johann Sébastian Bach. J’en suis conscient et j’avoue qu’écrire sur la musique est comme danser sur l’architecture, comme faire de Das Kapital une berceuse.

On se souvient de Claudel écrivant qu’avec Bach « le Magnificat ou la Passion selon Saint Jean … c'est l'autoroute vers le ciel ». Lui qui, athée convaincu franchit le jour de Noël 1886 le porche de Notre-Dame : "Les enfants de la maîtrise étaient en train de chanter ce que je sus plus tard être le Magnificat. En un instant mon cœur fut touché et je crus.” Bach transporte nos sens aux portes de l'éternité et, le temps d'une brève extase, redonne espoir aux plus amers, tel le philosophe du pessimisme, Emil Michel Cioran, qui confessait : "S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu". Et maintenant, l’esprit d’Albert Einstein, génie scientifique, moral et musical, me conseille de m’arrêter là : « Ce que j’ai à dire de l’œuvre de Bach ? Écoutez-là, jouez-là, admirez-là …et taisez-vous ».

Notre association poursuit avec succès sa mission qui est de développer la connaissance de la musique de Bach :

  • Nous avons élargi notre cercle de contacts aux autres agglomérations et églises de Provence, à d’autres établissements comme l’Institut Américain Universitaire qui aime s’associer à notre programme et qui nous invite à  nous présenter dans sa belle chapelle près de l’Institut d’Études Politiques d’Aix.
  • Le festival « A fleur de Bach », en Décembre dernier, présentait un rassemblement rare d’activités diverses : cinéma, conférence, master-class, vente de bière brassée spécialement pour notre public et, bien entendu, de beaux concerts. A cette occasion, un trio de stagiaires très compétents a permis de renforcer nos forces administratives.
  • Le mois de Juin prochain, notre Coro Solo, accompagné de certains autres de nos musiciens, sera accueilli à Leipzig comme le représentant de la France au célèbre Bach Fest. de Leipzig, haut-lieu de Bach dans le monde, où le Cantor a créé les plus grandes œuvres de sa carrière. Nous allons inviter les Amis du Festival, tous nos adhérents, et tous les amoureux de sa musique à faire partie de la délégation, et à savourer, entre autres choses, le « Cercle des 30 Cantates de Leipzig».

Nous nous souvenons avec fierté de toutes ces années depuis la fondation de l’Académie. Et nous nous sommes engagés à bâtir là-dessus une association toujours plus agissante pour jouer la musique de Bach, s’appuyant sur la confiance et le soutien d’un nombre croissant d’admirateurs prêts à nous aider.

Notre défi est d’élargir les rangs de nos supporteurs, grâce à une meilleure communication et à un recrutement accru de bénévoles. Aujourd’hui, nous ne sommes pas très nombreux et il nous est difficile d’accomplir toutes les tâches qui nous attendent. Et cela risque d’épuiser ceux et celles qui travaillent parfois à temps complet et sans rémunération.

Pour l’année qui vient, je propose que le premier objectif de l’Académie Bach soit d’augmenter le nombre de nos adhérents, de nos bénévoles, des candidats au Conseil d’Administration, et de nos mécènes. Autrement dit, l’Association doit renforcer ses capacités de production et s’efforcer d’attirer tous les amateurs de la musique que nous aimons tant.

Il ne suffit pas d’acheter son propre billet de concert. Il faut, en plus, inviter ses amis et tout amateur de musique classique. Si vous connaissez des gens ayant une expérience commerciale, ou des compétences en graphisme, vidéo ou numérique, merci de leur parler de l’Académie et transmettez-nous leurs noms.
Si vous connaissez également des responsables ou fonctionnaires chargés de la culture dans les collectivités ou villages dans notre région, merci de les contacter. Nous allons élargir notre recherche des sources de subvention, en particulier auprès des entreprises privées qui pourraient nous aider.

Voilà nos souhaits et nos ambitions comme association et groupement d’amis autour de la musique. Et, pour laisser la place à la musique-même de Bach, pour reprendre les mots d’Albert Einstein : je me tais !
Merci de votre attention.

                                                      Robert Wildau